dim.

18

mars

2012

« Des phrases courtes, ma chérie ! »

Envie que l’on vous lise, que l’on vous comprenne bien et que l’on se souvienne de votre message ? Si oui, faites des phrases courtes. Voici pourquoi et comment. 

« Des phrases courtes, ma chérie »(1)  répétait une mère à sa fille, en train d’écrire ses rédactions scolaires. La mère, fille de paysan, devenue professeure de sciences naturelles, souhaitait que sa fille suive la même voie : « Elle veut que mon écriture soit lisible, elle rêve de clarté. » (2) nous raconte sa fille l’écrivaine Pierrette Fleutiaux. Plus tard, lorsqu’elle lui présenta ses premiers livres, sa mère lui dit : « Si seulement tu faisais plus simple… » (3)  avant d’ajouter, quand même, « Tu mériterais le Goncourt… » (4) . 

 

À vous qui rédigez des textes utilitaires (5) , je vous dirais aussi : « Faites des phrases courtes, mes chéris ! » (Et j’assume pleinement le côté maternant de ce conseil : celui d’une conseillère en rédaction qui souhaite vous guider pour que vous donniez plus d’impact à vos textes professionnels ;-)   

 

Pourquoi ?

 

Votre lecteur ne lit pas votre document pour le plaisir (contrairement à ce qu’il ferait pour un texte littéraire). Votre lecteur souhaite comprendre rapidement ce que vous lui dites, pour savoir ce qu’il doit en faire. Vous l’y aiderez en utilisant une des bonnes pratiques les plus importantes en Rédaction claire : écrire des phrases courtes, ne contenant qu’une seule idée. 

 

Comment ? Démonstration par l’exemple

 

Lisez l’extrait  ci-dessous une seule fois, puis détournez votre regard de l’écran et essayez de résumer le message de cette phrase.

 

Sur la base des statistiques nationales disponibles, il y a lieu de fixer cette période de référence, en ce qui concerne la production agricole, aux années 97-98-99, exception faite du secteur du lait de vache et du secteur bovin pour lesquels l'année 98, utilisée tant pour la fixation du quota laitier que du troupeau de référence de ce pays, constitue la base la plus appropriée et du secteur de l'horticulture pour lequel l'année 99 est celle pour laquelle les statistiques sont les plus fiables. 

 

Avez-vous pu facilement résumer ce que disait cet extrait, composé d’une seule phrase de 88 mots ? J’en doute. En ce qui me concerne, la première fois que j’ai lu cet extrait de rapport, je n’y ai rien compris et je n’en ai donc rien retenu.

 

Que pensez-vous de sa réécriture, ci-dessous ?

 

Sur la base des statistiques nationales disponibles, il y a lieu de fixer cette période de référence, pour la production agricole, aux années 97-98-99. Il y a cependant deux exceptions :

  • dans le secteur du lait de vache et dans le secteur bovin, l’année 98 (utilisée tant pour la fixation du quota laitier que du troupeau de référence de ce pays) constitue la base la plus appropriée ;
  • dans le secteur de l’horticulture, 99 est l’année pour laquelle les statistiques sont les plus fiables.

 

J’espère que vous l’aurez trouvée plus claire ! Comment cet extrait a-t-il été rendu plus lisible ?

  • La longue phrase initiale a été scindée en deux phrases.
  • La deuxième phrase est une énumération de deux propositions.
  • Ces deux propositions équivalentes ont une structure syntaxique identique (« dans le secteur… l’année… est/constitue… »).
  • Une information secondaire a été mise entre parenthèses.

 

En résumé

 

Pour que votre message soit lu, compris et mémorisé :

  • coupez une phrase longue en plusieurs phrases courtes (recherchez les idées qui composent la phrase et, pour chaque idée, faites une phrase distincte) ;
  • limitez-vous à un maximum de deux idées par phrase : une proposition  principale et une subordonnée  ou deux propositions coordonnées  ;
  • faites des énumérations visuelles (listes à puces) pour des propositions équivalentes ;
  • ne dépassez pas 15-20 mots par phase, surtout pour les textes destinés à être lus sur écran.

 

Prochain épisode

 

Toutefois, vous ne pourrez pas toujours faire des phrases courtes pour faire passer votre message. En outre, alterner phrases courtes et phrases longues donnera du rythme à votre texte. Je vous expliquerai donc, dans un prochain billet, comment construire vos phrases plus longues pour qu'elles soient faciles à lire, à comprendre et à mémoriser pour votre lecteur.

 

Anne Vervier

 

Ce billet s’inspire de la bonne pratique 16 de mon livre Rédaction claire, 40 bonnes pratiques pour rendre vos textes professionnels clairs et conviviaux, EdiPro, pp. 142-150.

(1)Titre du roman autobiographique de Pierrette Fleutiaux, paru chez Actes Sud en 2001. Ce beau récit raconte la relation d’une fille et de sa mère au moment où celle-ci vieillit et quitte, petit à petit, la vie.  

(2), (3) et (4) Op.cit., pp. 165-167

(5) C’est-à-dire des textes dont l’objectif est de communiquer au destinataire des renseignements utiles pour combler un besoin, résoudre un problème ou amener le destinataire à réaliser une action concrète. Définition donnée par le groupe Rédiger de l’Université de Laval de Québec. 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Etienne (lundi, 19 mars 2012 16:43)

    Bonjour Anne, c'est clair. La blogosphère avec toi et moi, aura de quoi lire.

  • #2

    annevervier (lundi, 19 mars 2012 19:14)

    Merci Étienne!
    Et j'espère que Boileau et Rédaction claire continueront à intéresser la blogosphère :-)

OUTILS GRATUITS

 

Pour vérifier et améliorer la clarté de vos textes:

grille d'évaluation du lecteur

- grille de remèdes du rédacteur 

Un renseignement, un conseil,

un devis?

 

Anne Vervier

anne.vervier@redaction-claire.com 

+ 32 494 33 38 65

12 astuces en rédaction claire pour que 2015 apporte plus de lumière à vos textes
>> Lire la suite

Former en rédaction juridique claire: un défi, une ambition, une méthode
>> Lire la suite

Bénéfices des textes clairs
>> Lire la suite

A lire sur le blog