sam.

21

juil.

2012

Une lettre au goût de cuberdon

Fête nationale belge oblige, parlons des belgicismes. Identifiez-vous les 33 expressions du français de Belgique que contient cette lettre fictive, écrite par une mère au responsable de l’école de son fils ? 

Monsieur le Préfet des études,

 

Je suis la maman du jeune Albert Cobourg, qui termine sa rhétorique dans votre athénée, et j’ai les trois demandes suivantes à vous faire.

 

Le 25 juin dernier, mon fils Albert devait présenter une élocution pour son examen oral de français. Il a donc déposé sa mallette et son sac de sport dans le fond de l’auditoire, avant de monter sur l’estrade pour sa présentation. Lorsqu’il a voulu récupérer sa mallette et son sac, il ne les a plus retrouvés ! C’est une mallette en cuir brun qui contenait une farde avec toutes ses interros, son journal de classe, un plumier, des crayons et son stylo, une gomme, du papier collant et une latte ; il y avait également son bulletin, qu’il devait remettre à sa titulaire après son élocution. Son sac de sport, marqué d’une nominette, contenait ses sandales de gym, son short et son t-shirt, ainsi que des molières de rechange, ses lunettes solaires et sa carte SIS, car il avait pris son sac en excursion scolaire la veille. (Il y avait aussi un petit paquet de cuberdons qu’Albert devait donner à sa copine Paola, mais ça, si on ne le retrouve pas, ce n’est pas grave). Albert n’a pas eu l’occasion de demander à la femme d’ouvrage si elle avait retrouvé ses affaires, car les élèves ont été licenciés ce même 25 juin dès l’heure de midi.

Pourriez-vous alors vérifier avec elle si elle a retrouvé les affaires d’Albert ? Je vous en remercie d’avance.

 

Ma deuxième demande concerne un avis que mon fils a vu aux valves à propos de son examen de passage. Cet avis précise que ne seront admis aux examens de passage que les élèves qui sont en ordre de paiement des frais scolaires pour 2011-2012. Or, je n’ai pu régler l’entièreté de ces frais en janvier, comme demandé, car mes revenus ont diminué cette année étant donné que je suis en pause carrière. J’ai donc postposé le règlement de la seconde partie des frais d’inscription à ce 1er juillet. Pourriez-vous donc me dire pour le quantième de ce mois je dois payer cette seconde partie, pour qu'Albert soit en ordre de paiement ?

 

Enfin, j’espère qu’Albert réussira son examen de passage et ne doublera pas sa rhéto, car même s’il a brossé quelques cours (c’est un guindailleur !), maintenant, il boulotte vraiment bien ! Serait-il possible de recevoir ses résultats avant le 15 septembre ? En effet, il s’est inscrit à l'université à Louvain-La-Neuve et je dois, d'une part, payer son minerval, d'autre part, confirmer la location de son kot pour le 15 septembre au plus tard.

 

Vous remerciant d'avance pour votre réponse, que j'espère recevoir endéans les 15 jours, je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet des études, l’expression de ma considération la meilleure.

 

Elizabeth Cobourg.

 

Adaptation en français de référence

 

Et vous, lecteur francophone non belge, avez-vous compris cette lettre ?

En voici la traduction en français de référence, soit la lettre qu’un parent de lycéen aurait sans doute écrit au proviseur d’un lycée français. (Les équivalents en français de référence des belgicismes de la première lettre sont en caractères gras, suivis d’un numéro).

 

Monsieur le Proviseur (1),

 

Je suis la maman du jeune Albert Cobourg, qui est en classe terminale (2) dans votre lycée (3), et j’ai les trois demandes suivantes à vous faire.

 

Le 25 juin dernier, mon fils Albert devait présenter un exposé (4) pour son examen oral de français. Il a donc déposé son cartable (5) et son sac de sport dans le fond de l’amphithéâtre (6), avant de monter sur l’estrade pour sa présentation. Lorsqu’il a voulu récupérer son cartable et son sac, il ne les a plus retrouvés ! C’est un cartable en cuir brun qui contenait un classeur (7) avec toutes ses interros, son cahier de textes (8), une trousse (9), des crayons et son stylo, une gomme, du ruban adhésif (10) et une règle (11) ; il y avait également son bulletin, qu’il devait remettre à son professeur principal (12) après son exposé. Son sac de sport, marqué d’une étiquette (13), contenait ses chaussures de gym (14), son short et son t-shirt, ainsi que des richelieus (15) de rechange, ses lunettes de soleil (16) et sa carte vitale (17), car il avait pris son sac en excursion scolaire la veille. (Il y avait aussi un petit paquet de friandises (18) qu’Albert devait donner à sa copine Paola, mais ça, si on ne le retrouve pas, ce n’est pas grave). Albert n’a pas eu l’occasion de demander à la femme de ménage (19) si elle avait retrouvé ses affaires, car les élèves ont été libérés (20) ce même 25 juin dès midi (21).

Pourriez-vous alors vérifier avec elle si elle a retrouvé les affaires d’Albert ? Je vous en remercie d’avance.

 

Ma deuxième demande concerne un avis que mon fils a vu au tableau d’affichage (22) à propos de son examen de passage. Cet avis précise que ne seront admis aux examens de passage que les élèves qui ont réglé (23) les frais scolaires pour 2011-2012. Or, je n’ai pu régler la totalité (24) de ces frais en janvier, comme demandé, car mes revenus ont diminué cette année étant donné que je suis en congé sabbatique (25). J’ai donc reporté (26) le règlement de la seconde partie des frais d’inscription à ce 1er juillet. Pourriez-vous donc me dire pour quel jour (27) de ce mois je dois payer cette seconde partie, pour que le paiement des frais scolaires d'Albert soit bien enregistré?

 

Enfin, j’espère qu’Albert réussira son examen de passage et ne doublera pas sa terminale, car même s’il a séché (28) quelques cours (c’est un noceur (29) !), maintenant, il bûche (30) vraiment bien ! Serait-il possible de recevoir ses résultats avant le 15 septembre ? En effet, il s’est inscrit à l'université à Lille et je dois , d'une part, régler ses frais d'inscription (31), d'autre part, confirmer la location de sa chambre d’étudiant (32) pour le 15 septembre au plus tard.

 

Vous remerciant d'avance pour votre réponse, que j'espère recevoir dans un délai de (33) 15 jours, je vous prie d’agréer, Monsieur le Proviseur, l’expression de ma considération la meilleure.

 

Elizabeth Cobourg.

 

Est-ce incorrect d’utiliser les belgicismes de la première lettre, se demandent sans doute mes compatriotes ?

 

Je vous répondrai : vous communiquerez clairement si vous adaptez votre langue, et donc votre vocabulaire, à votre destinataire.

 

  • Pour un proviseur de lycée français,   je vous recommanderai bien sûr la deuxième version.   
  • Mais si vous écrivez cette deuxième version au préfet des études d’un athénée, d’un lycée ou d’un collège de Belgique francophone, vous prenez un léger risque : qu’il vous considère comme un « fransquillon », c’est-à-dire « en Belgique francophone [une] personne qui parle le français avec affectation, en prenant des manières de parler ressenties comme hexagonales » (voir Dictionnaire des belgicismes, FRANCARD, page 174; "fransquilloner" concerne toutefois plus la manière de parler que les mots employés ;-)

 

Ce billet est, vous vous en doutez, rédigé avec beaucoup d’humour et de sourires.

 

Avec beaucoup d’affection, aussi : celle que j’ai pour les particularités colorées de ma langue maternelle : le français de Belgique.

 

Et surtout, avec l’aide précieuse du Dictionnaire des belgicismes* du linguiste Michel Francard, préfacé par l’humoriste belge Bruno Coppens. Vous trouverez dans cet excellent dictionnaire descriptif des explications pour chacun des 33 belgicismes de la lettre ci-dessus : sens, diffusion géographique,  vitalité et équivalents en français de référence.

 

Bonne fête nationale!

 

Anne Vervier

 

* M. FRANCARD, G. GERON, R. WILMET et A. WIRTH, Dictionnaire des belgicismes,  De Boeck Duculot, 2010.

 

P.S. Le cuberdon est une « friandise fabriquée à partir d’un mélange de glucose et de gomme arabique, qui se présente sous la forme d’un cône de deux ou trois centimètres de haut, dur à l’extérieur, mais dont l’intérieur garde une consistance sirupeuse ». D’après le Dictionnaire des belgicismes, op.cit., page 125.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    soky (jeudi, 04 avril 2013 22:06)

    Très chouette. Merci pour cette note. De mon temps (temps du stylo plume et du buvard) on disait aussi "cassette" pour le plumier.

    Je ne sais pas ce que sont les "molières" et encore moins des "richelieus". Kezako ?

    "les élèves ont été licenciés" => curieux d’appliquer ce mot pour des étudiants.

  • #2

    Anne Vervier (jeudi, 04 avril 2013 22:46)

    Bonsoir Soky,

    Oui, je connaissais aussi le terme "cassette" pour "plumier" :)
    Des molières (ou richelieu) sont des chaussures pour homme qui ressemblent un peu à des mocassins, mais avec des lacets.

    Quant à l'utilisation de "licencié" pour parler des élèves, je l'ai trouvée dans le courrier du collège de mes fils!

    Bien à vous,
    Anne

OUTILS GRATUITS

 

Pour vérifier et améliorer la clarté de vos textes:

grille d'évaluation du lecteur

- grille de remèdes du rédacteur 

Un renseignement, un conseil,

un devis?

 

Anne Vervier

anne.vervier@redaction-claire.com 

+ 32 494 33 38 65

12 astuces en rédaction claire pour que 2015 apporte plus de lumière à vos textes
>> Lire la suite

Former en rédaction juridique claire: un défi, une ambition, une méthode
>> Lire la suite

Bénéfices des textes clairs
>> Lire la suite

A lire sur le blog