mar.

20

mars

2012

Osons le français en entreprise !

Encourageons les textes clairs  en français,  pour que notre langue reste une langue de travail en Francophonie et en milieu multiculturel.

L’usage généralisé de l’anglais

 

Nos milieux professionnels sont de plus en plus multiculturels et multilingues : lorsque j’anime des  formations en entreprises en Belgique, je suis frappée de constater que les échanges tant oraux qu’écrits, inter- ou intra-entreprises, se font de plus en plus en trois langues : en français et en néerlandais bien sûr, mais aussi de plus en plus en anglais. Dans les institutions européennes, les trois langues de travail officielles sont l’anglais, le français et l’allemand. L’anglais s’impose toutefois de plus en plus comme langue de communication, dans toutes les institutions et tous les services. 

 

Le français, plus compliqué que l’anglais : vraiment ?

 

Une des raisons données à l’utilisation grandissante de l’anglais à la place du français est une — fausse — croyance selon laquelle l’anglais serait plus simple à utiliser et permettrait de s’exprimer plus clairement.  Je me souviens par exemple d’une directrice générale allemande qui me demandait, très sérieusement : « Is it really possible to make short sentences in French ? ». Par ailleurs, nombreux sont encore les francophones qui croient que bien écrire en français, c’est éviter les répétitions, utiliser un maximum de synonymes, privilégier les nominalisations (effectuer une modification plutôt que modifier, par exemple), jongler avec les subordonnées… Dès lors, aux yeux de beaucoup de rédacteurs, simplifier un texte pour le rendre plus lisible équivaut à en réduire la qualité : un langage simple est alors assimilé à un langage simpliste !

 

Il faut que nous prenions conscience que rédiger des phrases longues n’est qu’une habitude culturelle et nullement une contrainte technique liée à la syntaxe du français. Et les habitudes, cela se change…

 

Défense et illustration d’une langue française claire aujourd’hui

 

En 1543, le poète Joachim du Bellay rédigea sa Défense et illustration de la langue française, plaidoyer littéraire pour que le français soit considéré comme une langue aussi élégante que le latin et digne d’être utilisée dans tous les domaines de la vie : le social, le commercial, le scientifique et le juridique. 

 

Ne serait-il pas temps que nous qui rédigeons en français, à la manière de Du Bellay et des poètes de la Pléiade , nous démontrions à nos collègues anglophiles que le français est une langue qui permet de s’exprimer de manière aussi claire et concise que l’anglais ? Ce faisant, nous ferions honneur à un autre écrivain français, Nicolas Boileau, et à sa célèbre citation : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » . 

 

Le français, langue de communication en milieu multilingue 

 

L’enjeu est important :

  • dans les milieux professionnels internationaux, garder le français comme langue de travail est une manière de lutter contre la suprématie d’une seule langue, l’anglais dans ce cas (1)  ;
  • dans les organisations uniquement francophones, les échanges avec des non francophones, que ce soit avec des collègues ou avec l’extérieur (administrés, clients ou fournisseurs), sont de plus en plus fréquents : il est important qu’ils nous comprennent bien en français.

 

Bref,

 
Si l’on souhaite que le français reste une langue de communication dans nos environnements professionnels et privés, il est important que nous proposions aux non francophones une langue facile à comprendre et à utiliser, en particulier dans les écrits professionnels.

 

Anne Vervier

 

(1) Je ne considère pas qu’il soit gênant qu’un groupe multilingue utilise une seule langue de communication, au contraire. Mais lorsque cette langue est la langue maternelle d’une partie de ce groupe, cela peut avantager ce groupe ; tandis que si tous doivent faire l’effort de s’exprimer dans une langue étrangère, cela mettra tout le monde sur un pied d’égalité.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Luc Collès (samedi, 24 mars 2012 18:47)

    Je suis en tous points d'accord avec toi. Vois, à ce sujet, ma réponse à Philippe Van Parys:
    http://alainindependant.canalblog.com/tag/colles/p50-0.html;

    Profites-en pour voir l'ensemble de mes articles, dont plusieurs concernent l'interculturel, en cliquant sur "Colles" dans les tags de la page d'accueil.

  • #2

    annevervier (samedi, 31 mars 2012 13:42)

    Le linguiste Claude Hagège nous explique brillamment pourquoi il est important d'être multilingue dans cet article très intéressant: http://www.lexpress.fr/culture/livre/claude-hagege-imposer-sa-langue-c-est-imposer-sa-pensee_1098440.html

OUTILS GRATUITS

 

Pour vérifier et améliorer la clarté de vos textes:

grille d'évaluation du lecteur

- grille de remèdes du rédacteur 

Un renseignement, un conseil,

un devis?

 

Anne Vervier

anne.vervier@redaction-claire.com 

+ 32 494 33 38 65

12 astuces en rédaction claire pour que 2015 apporte plus de lumière à vos textes
>> Lire la suite

Former en rédaction juridique claire: un défi, une ambition, une méthode
>> Lire la suite

Bénéfices des textes clairs
>> Lire la suite

A lire sur le blog